Digital Individual – Single Release

Digital Individual - Single

Hold your hats and turn it up to eleven! We release the single for our brandnew pounding track ‘Digital Individual’ together with a Lyric-Video premiered exclusively by Legacy – The Voice From The Dark Side today. The single is available via iTunes.

‘Digital Individual’ is 6 minutes of pure Palmer energy that will have you yearning for more! So forget all about your neighbours for now: turn it up and enjoy!

The new album ‘Surrounding The Void’ will be out on February 24th and can be pre-ordered on Czar ShopiTunes, Plastic Head or CeDe.ch.

New Album Surrounding The Void

Surrounding The Void

We are proud to announce that our 3rd Album entitled ‘Surrounding the Void’ will be officially released worldwide February 24th 2017 on our Label Czar Of Bullets! We’re so stoked to unleash the beast after the hard work that went into the album over the last one and a half years! The new album can be pre-ordered on Czar ShopiTunes, Plastic Head or CeDe.ch.

We are equally thrilled to be able to rock the stage at this years CZAR FEST on April 15th along with other great bands! Get Tickets for CZAR FEST and watch the trailer.

Cheers to 2017 and hope to see you guys soon!

Video Shooting

We did it! Last Saturday night we jumped into our best suits, put on the flashy makeup and banged our heads infront of the camera for the Videoclip to a track from our upcoming album, due for release beginning of 2017 on Czar of Crickets!

Stay tuned for an impressive and loud ride! Cheers!

video-page

 

New Palmeralbum coming soon

Last day in the studio before we take a short break to let the new songs settle in. It’s been an impressive ride up till now. Good times and a lot of hard work. We’ll head back to Little Creek next weekend to polish this baby and make it shine! Hell Yeah!
steve1

 

w-fenec.org

Review: Palmer – Momentum

(The) Aurelio

Palmer est un groupe du genre discret, à tel point que l’on n’avait plus eu la moindre nouvelle de la part des suisses depuis le printemps 2008 et la déflagration tellurique qu’était alors This one goes to eleven. Pour autant la formation helvète n’était pas en sommeil, elle se “cantonnait” sans doute à rester prophète en son pays. Ou à aller voir ailleurs. Faut dire aussi que Palmer n’a jamais eu le retentissement qu’il méritait de se côté là de la frontière franco-suisse. Momentum pourrait inverser la tendance, car malgré un déficit évident en matière de communication entourant le groupe, cette nouvelle offrande réserve son quotas de gros son et de sensations fortes post-métallique/hardcore (et dérives attenantes). Et même un peu plus.

L’éponyme titre inaugural n’est là que pour dérouiller la mécanique, on est encore en territoire assez balisé et l’on sent bien que les Palmer en gardent délibérément sous la pédale. On passe assez vite parce que pour faire court, ce morceau-là n’apporte pas grande chose à l’édifice musical des suisses. La suite par contre défie autant les lois de la gravité que celles qui maintiennent notre psychée dans un état à peu près stable, ce jusqu’au terme de l’album et un “Aeonion” tout en finesse et retenue après que “Perpetual contingency” se soit chargé de l’équarrissage systématique des tympans. Dans l’immédiat, “Post-traumatic stress disorder” démonte les cloisons auditives et s’enfonce dans un postcore super-noïsique névrotique façon “Dirge meets Keelhaul meets Fall of Efrafa“. Une attaque massive contre les neurones, un bombardement aux neutrons et une puissance de mammouth façon rouleau-compresseur. L’image est facile certes, mais tout Palmer est dans ce deuxième titre monumental dans son genre. Une claque implacable bientôt doublée d’une séquelle qui prend la forme de “Forbidden fruit”.

Si la mise en route a été un peu en dedans, le groupe lâche maintenant les chevaux et fait parler la poudre : ça joue assez vite (ou en tous cas la rythmique est plus que soutenue) et ça frappe fort. Très fort même, à tel point que ce sont des torrents de rage brute qui s’écoulent des enceintes sur ce troisième des neufs morceaux que compte Momentum. L’album ne tourne pas à la démonstration mais à la punition métallique. On enchaîne encore avec “Renegade” puis “Lethargic”, dopés par une hargne punk et un feeling rock’n’roll quand ils ne sont pas conçus pour littéralement dévorer la platine. Un groove carnassier et une lourdeur bien grasse qui colle aux amplis. La mécanique Palmer est en marche et rien ne semble pouvoir l’entramer, une grosse louche de doom sur un schéma de syncopes postcore / stoner de l’enfer (“The downward spiral”, “Delirium and dementia”). Momentum n’a strictement rien d’un simple album de post-hardcore de plus, bien au contraire. Et permet au passage à Palmer de confirmer haut et fort ce que l’on pensait tout bas : à savoir que sa renommée est inversement proportionnelle à ses fulgurantes capacités.

Link to article